Réduisez votre empreinte écologique avec des plantes indigènes

Au naturel!

Les plantes indigènes protègent votre propriété et réduisent les coûts d’entretien.

Guides
Lecture : 3 minutes

L’été est la saison idéale pour profiter de votre cour : moments de détente sur la pelouse, dans le jardin ou près du rivage. En optant pour un entretien judicieux de votre propriété, surtout si elle donne sur l’eau, vous en conserverez l’aspect esthétique tout en réduisant les effets néfastes sur l’environnement.

Bien souvent, nous choisissons nos plantes et nos éléments paysagers en fonction de leur apparence, mais l’utilisation d’espèces indigènes plutôt que d’espèces importées est un bon moyen de donner un coup de pouce à dame nature. Certaines plantes importées sont envahissantes; elles se propagent rapidement et prennent la place de variétés indigènes qui pousseraient normalement dans le secteur. D’autres sont vulnérables aux insectes indésirables et aux maladies et nécessitent donc l’utilisation de pesticides toxiques. D’autres encore exigent une quantité démesurée d’eau et de fertilisants, lesquels sont partiellement responsables du problème d’algues qui touche de nombreux lacs au Canada.

Barque au bord du lac
Si vous demeurez près d’un plan d’eau, il suffit d’entretenir une « zone tampon » naturelle entre votre propriété et le rivage pour prévenir l’érosion.

Outre la réduction du temps et des coûts d’entretien, l’utilisation de plantes indigènes a encore bien d’autres avantages. Puisque ces espèces sont adaptées à votre climat, elles nécessitent moins d’eau que leurs rivales et résistent mieux à la sécheresse. De plus, elles tolèrent mieux les insectes nuisibles de la région, ce qui vous évite d’avoir à utiliser des pesticides chimiques. Elles attirent même des insectes qui chassent ces indésirables, ainsi que des insectes pollinisateurs (comme les papillons), qui facilitent la floraison et la production de fruits.

Pour connaître les plantes indigènes de votre secteur, commencez par faire une recherche en ligne ou une visite à la bibliothèque. Rendez-vous dans les pépinières de votre quartier pour découvrir les plantes qui poussent spontanément dans votre région et vous informer au sujet du type de sol et de la luminosité qui leur conviennent.

Si vous demeurez près d’un plan d’eau, il suffit d’entretenir une « zone tampon » naturelle entre votre propriété et le rivage pour prévenir l’érosion. Cette zone améliorera et protègera la qualité de l’eau et rendra à la sauvagine et aux espèces aquatiques leur précieux habitat.

Il existe bien des façons de créer une zone tampon selon les conditions locales, comme l’inclinaison et la stabilité des rives. La méthode la plus simple est de créer une zone « non tondue » et de laisser des débris de bois s’accumuler le long du rivage. Vous pouvez aussi planter des buissons et des arbres indigènes, qui feront des racines et tiendront le sol en place. C’est aussi un moyen de façonner votre paysage.

Salicaire pourpre
Certaines plantes importées, comme la salicaire pourpre, sont envahissantes; elles se propagent rapidement et prennent la place de variétés indigènes.

Si l’érosion vous pose toujours problème, songez à faire installer des pierres ou d’autres éléments structurels. Le mieux, c’est de faire appel à un professionnel et de faire en sorte de protéger l’écosystème aquatique. Évitez les murs de retenue, car au fil du temps, ils peuvent avoir des répercussions en aval, accroître l’érosion et nuire à l’écologie du rivage. Si vous devez laisser un mur existant en place, pensez à planter des buissons indigènes autour du mur pour ralentir l’effet d’érosion. Si la rive est bordée de perrés, plantez des pousses entre les pierres pour retenir le sol.

Plongeon huard
Les zones tampons peuvent servir d’habitat à la sauvagine et à d’autres espèces aquatiques.

Avant d’entreprendre des travaux sur un rivage, assurez-vous de lire et de comprendre les règles et les règlements municipaux qui régissent tout ce que vous pouvez faire sur une propriété située près d’un plan d’eau dans votre secteur, et obtenez les permis ou les approbations nécessaires.

Un sujet d’article à proposer?

Faites-nous-en part : votre suggestion pourrait bien faire l’objet d’un de nos billets.