Nos petits gestes font une grande différence pour l’environnement

Éco-vie des personnes comme vous sont en train de changer le monde

Virage vert
Lecture : 5 minutes

Les gens ne prennent pas d’initiatives vertes parce qu’ils pensent souvent à tort que les efforts d’une personne ne font aucune différence. Quand on pense à l’énorme impact des industries et des transports, ce point de vue paraît logique et vous pourriez être tenté de dire que les petits changements n’ont pas d’effet. Toutefois, vous n’êtes pas seul à apporter une pierre à l’édifice. En effet, nombreux sont ceux qui optent pour un mode de vie écoresponsable et leurs efforts collectifs sont en train de changer le monde. Voici des données qui font état de changements positifs.

Malgré la croissance économique mondiale, les émissions de carbone à l’échelle internationale sont restées stables en 2014 et ont même chuté de 0,6 % en 2015. Pour la première fois depuis le début de la comptabilisation des émissions de carbone il y a 40 ans, les niveaux enregistrés ont été stables grâce aux efforts de réduction des émissions par les gouvernements et les populations. M. Fatih Birol, économiste en chef de l’AEI a déclaré : « Cela me donne encore plus espoir que l’humanité réussira à travailler ensemble pour combattre les changements climatiques qui sont notre plus grande menace aujourd’hui ».

Par ailleurs, les lamantins et les baleines à bosse ont été retirés de la liste des espèces en danger. Il est réconfortant de savoir que certaines espèces font un retour, car bon nombre de nos animaux préférés sont en voie de disparition. Grâce aux améliorations proactives apportées aux habitats naturels et à la réduction des menaces, la population des lamantins a connu une augmentation de 500 % en Floride. En effet, un premier sondage effectué en 1991 avait révélé que l’état ensoleillé ne comptait plus que 1 367 lamantins, mais ce chiffre est aujourd’hui de 6 300. À l’échelle mondiale, la population de lamantins s’élève maintenant à 13 000.

Grâce à l’interdiction de la pêche à la baleine, le nombre de baleines à bosse connaît une hausse progressive. Lorsque l’interdiction a été proposée en 1996, il ne restait plus que 1 400 baleines à bosse. Aujourd’hui ce chiffre est passé à 21 000 en partie grâce à une protection accrue de nos océans. En 2010, seul 1 % des océans du monde étaient protégés comparativement à environ 3,5 % à l’heure actuelle.

L’élevage bovin est l’un des secteurs qui produisent le plus d’émissions de gaz à effet de serre, soit entre 14 % et 18 %. Selon une étude récente, l’élevage bovin utilise 28 fois plus de terres, six fois plus d’engrais et onze fois plus d’eau que les autres types d’élevage (volailles et porcs). Heureusement, la consommation annuelle de viande par habitant est en baisse. En effet, elle est passée de 59 kilogrammes en 1977 à 37 kilogrammes, de nos jours. Une bonne main d’applaudissement pour les lundis sans viande!

Le déboisement contribue grandement aux changements climatiques, mais en 2014, la majorité des entreprises du secteur de l’huile de palme se sont engagées à ne plus abattre d’arbres dans les forêts tropicales et à ne plus drainer les tourbières pour créer des nouvelles plantations. Global Forest Watch, une nouvelle entité de surveillance, suit les déboisements en temps réel afin que les groupes environnementalistes et les gouvernements puissent intervenir. Un organisme semblable au Brésil a réussi à réduire de 60 % le déboisement dans ce pays.

Bien sûr il y a encore du chemin à faire pour établir un équilibre raisonnable entre l’humain et l’environnement, mais ces faits montrent que lorsque la population appuie une cause importante, il n’y a pas de limite à ce qui peut être accompli. Vos efforts en matière de protection de l’environnement comptent, alors continuez votre excellent travail!