Votre bureau vous rend-il malade?

Certains bâtiments sont si hermétiques que l’air frais y manque.

À l'intérieur
Lecture : 5 minutes

Vous cognez des clous au travail? Vous vous sentez fatigué, irritable ou malade? La qualité de l’air y est peut-être pour quelque chose. Tandis que certains bâtiments sont de mieux en mieux isolés, de plus en plus écoénergétiques et de moins en moins polluants grâce à leur enveloppe durable, d’autres sont si hermétiques que l’air frais y manque.

Une mauvaise circulation d’air, combinée aux vapeurs de composés organiques volatils (COV) provenant des fournitures de bureau, des produits nettoyants et des matériaux de construction, peut amener la concentration de pollution dans votre bureau à une proportion de deux à cinq fois plus importante que celle des villes.

Or, quand la qualité de l’air décline, on peut en venir à développer le syndrome du bâtiment malsain (SBS). Le SBS est très difficile à diagnostiquer étant donné la disparité des symptômes qu’on lui attribue, de la détresse respiratoire au mal de tête en passant par l’irritation des yeux et de la peau, la congestion, la toux et la léthargie. Voici quelques conseils pour éliminer les COV de votre environnement de travail et faire entrer l’air frais.

Nettoyez vert : Exit les produits chimiques, bonjour les nettoyants verts sans COV! Évitez les désodorisants, qui ne font qu’accroître la concentration de produits chimiques dans l’air. Vous pouvez concocter des nettoyants maison en suivant notre guide ici.

Pensez local : Vous servez à manger lors d’une réunion ou d’un événement? Achetez des aliments produits localement. Si vous le pouvez, évitez les ustensiles et les couverts jetables, et sinon, optez au moins pour le biodégradable. Pensez aussi à acheter du café bio et équitable pour garder vos équipiers éveillés.

Évitez le gaspillage : Installez des postes de recyclage dans votre bureau et dans la cuisine. Si vous utilisez une cafetière à capsules, privilégiez les capsules réutilisables. Adoptez les serviettes en tissu dans la cuisine et la salle de bains. Équipez-vous de tasses et de verres au lieu de gobelets jetables.

Réduisez les déplacements : Le Canadien moyen passe 25 minutes par jour sur la route, soit 32 jours par année. Mettez en place des moyens facilitant le télétravail, le transport en commun et le covoiturage. Si possible, rencontrez vos clients par vidéoconférence; cela vous évitera des coûts de transport.

Laissez entrer la végétation : Pour verdir littéralement votre bureau, ajoutez-y des plantes. Non seulement elles réduisent le stress, mais elles nettoient les COV en suspension dans l’air. La NASA l’a dit au terme de ses recherches poussées sur les propriétés purifiantes des plantes : « Les feuilles et les racines éliminent les vapeurs toxiques présentes à l’état de traces à l’intérieur des bâtiments trop étanches. Lorsque les produits chimiques comme le monoxyde de carbone et le formaldéhyde existent en faible concentration, il suffit de mettre des plantes pour assainir l’air intérieur. » Parmi les meilleures plantes de bureau, on compte les plantes-araignées, les fleurs de lune, les philodendrons et les fougères de Boston, qui ne demandent d’ailleurs que très peu de lumière.

En plus, les plantes de bureau favorisent la productivité et réduisent la pression artérielle, sans compter qu’elles améliorent la mémoire, et pas qu’un peu : selon une étude de l’université du Michigan, on parle de jusqu’à 20 %.

Certes, l’écologisation de votre bureau peut entraîner des coûts supplémentaires, mais elle rend les employés plus heureux, plus productifs et moins prompts à s’absenter pour cause de maladie. Ajoutons qu’un environnement de travail sain améliorera votre taux de rétention du personnel et vous procurera le bonheur de savoir que vous contribuez au mouvement vert.